Par François Falardeau

Votre patronyme est-il Falardeau? Si c’est le cas, les probabilités que vous descendiez de Jean Falardeau, fils aîné de Guillaume et de Marie Ambroise Bergevin, sont très minces, beaucoup moindres que si vous vous appelez Savard, L’Heureux, Roy, Martel ou Lamontagne. Si vous nous suivez jusqu’à la fin et réussissez à suivre toute cette généalogie, vous comprendrez pourquoi.

Comme nous l’avons déjà mentionné, Guillaume Follardeau et Marie Ambroise Bergevin ont eu neuf enfants, dont six garçons, qui tous se marieront et auront des enfants. Si trois des garçons, Louis, Charles et Guillaume, ont eu une descendance masculine importante jusqu’à nos jours (tous les membres actuels et anciens de l’Amicale Falardeau en sont les descendants), ce n’est pas le cas pour les autres.

Aujourd’hui, nous présenterons les descendants de Jean, l’aîné des enfants du couple Follardeau-Bergevin et de son épouse Marie Bélanger. Nous verrons que si ce couple a sans doute eu des centaines, sinon des milliers, de descendants, c’est surtout par les femmes Falardeau qu’a eu lieu cette descendance. En effet, jusqu’en 1864, soit 170 ans après la naissance de Jean, il n’y avait que deux descendants portant le nom de Falardeau en voie de procréer.

Une précision importante avant de commencer : il est certes possible, quoiqu’assez peu probable, que d’autres descendants de Jean portant le patronyme Falardeau et nés avant 1860 aient eu une descendance jusqu’à nos jours. Les documents disponibles (actes de baptême, mariage et sépulture et contrats) sont généralement bien conservés au Québec et les sources généalogiques développées depuis une cinquantaine d’années (PRDH, BMS2000, Nos origines, etc.) sont généralement très complètes et fiables. Pour les femmes, c’est différent : mes recherches et celles des membres de l’Amicale Falardeau ayant surtout porté sur les Falardeau, les descendants de Jean ayant un autre patronyme ne nous sont pas tous connus.

Jean Falardeau

L’aîné de la famille, Jean, naît à Beauport le 7 novembre 1694 et y est baptisé le même jour. Le 8 novembre 1722, devant le notaire Dubreuil, il passe un contrat de mariage avec Marie Bélanger, fille de Nicolas et de Marie Magnan. Il l’épousera le 23 novembre dans l’église de Charlesbourg. Jean décède le 27 décembre 1762 à Charlesbourg.

Le couple aura au moins dix enfants, trois garçons et sept filles :

  • Jean, né le 16 mai 1724 à Charlesbourg et décédé le 29 mars 1786 à L’Ancienne-Lorette. Il épouse Marie Angélique Bergeron, fille d’André et de Marie Angélique Delinel, le 21 août 1752 à Charlesbourg (contrat devant le notaire Geneste le 6 août);
  • Pierre, né le 12 août 1726 à L’Ancienne-Lorette et décédé le 4 août 1795 à L’Ancienne-Lorette. Il épouse Marie Agnès Fluet, veuve de Joseph Savard, le 18 janvier 1751 à Charlesbourg (contrat Geneste le 28 décembre 1750);

Jean et Pierre semblent les seuls à avoir eu une descendance Falardeau; nous y reviendrons plus loin.

  • Marie Catherine, née le 13 septembre 1728 et décédée le 28 octobre 1756, épouse Jean Baptiste Roy dit Saint-Onge, originaire de Chérac, en Saintonge, le 20 juillet 1750 (contrat Geneste le 12 juillet). Le couple aura au moins cinq enfants.
  • Marie Louise, née le 19 avril 1730 à L’Ancienne-Lorette et décédée le 1er décembre 1782. Elle épouse Charles Lereau (L’Heros, L’Heureux), fils de Pierre et de Marie Dumont, le 11 janvier 1751 à L’Ancienne-Lorette (contrat Geneste le 28 décembre 1750). Le couple aura au moins un enfant. Puis Marie Louise épouse Joseph Savard, fils de Jean Baptiste et d’Élisabeth Pénisson, le 10 janvier 1763 à L’Ancienne-Lorette (contrat Geneste le 8 janvier); le couple aura au moins 8 enfants.

Son premier époux, Charles Lereau, a été assassiné par des voleurs. Si on en croit Joseph Trudelle dans son volume Mélanges historiographiques (1896), page 170, « d’après la tradition, les trois assassins furent pendus devant sa maison ». Le même Trudelle disait que c’était Joseph, frère de Charles, qui avait été assassiné, mais c’est bien Charles, comme le prouve la lecture de l’acte : « Le neuf de juin mil sept cent soixante deux a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse par nous soussignés missionnaires de Charlesbourg Charles Lheros Lheureux assassiné par des voleurs âgé de trente huit ans ont été présents à son inhumation Jean Savard et Jean Bédard et plusieurs autres tous de cette paroisse lesquels ont déclaré ne savoir signer… » .

Cette intrigue a fait l’objet d’un texte sur le site de l’Amicale par France Michel : Un mort qui soulève bien des questions – Amicale Falardeau

  • Françoise, née le 19 décembre 1731 à L’Ancienne-Lorette et décédée au même endroit quatre jours plus tard;
  • Geneviève, née le 29 septembre 1734 et décédée le 19 novembre 1785. Elle épouse Joseph Lereau le 7 janvier 1754 à L’Ancienne-Lorette (contrat Geneste le 23 décembre 1753). Le couple aura au moins 6 enfants.

Notons que Joseph Lereau, époux de Geneviève, est le frère de Charles, époux de Marie Louise, sœur de Geneviève. Il est aussi le frère de Pierre, époux de Marie Françoise, sœur du père de Geneviève et Marie Louise, donc leur tante.

  • Hélène, née le 21 juin 1736 à L’Ancienne-Lorette et décédée au même endroit cinq jours plus tard;
  • Joseph, né le 6 mai 1738 à L’Ancienne-Lorette; nous ignorons tout du reste de sa vie;
  • Marguerite, née le 28 septembre 1740 à L’Ancienne-Lorette et décédée le 1er janvier 1812 à Loretteville. Elle épouse Pierre Jean Martel dit Lamontagne, fils de Pierre et de Marguerite Bergevin, le 28 octobre 1760 (contrat Barolet le 27 octobre 1760). Le couple aura au moins 4 enfants. Marguerite Bergevin est la nièce de Marie Ambroise, épouse de Guillaume Follardeau. Pierre Martel Lamontagne et Marguerite Falardeau sont donc des petits-cousins.
  • Marie Françoise, née le 14 août 1745 à L’Ancienne-Lorette, et décédée au même endroit le 28 novembre 1756.

Les descendants de Jean Falardeau et de Marie Bélanger

Les descendants des filles

Comme nous venons de le voir, les filles de Jean et Marie ont eu au total au moins 24 enfants, dont 8 portant le nom de Savard, 7 celui de Lereau ou L’Heureux, 5 celui de Roy ou Saint-Onge et 4 celui de Martel ou Lamontagne.

Les descendants des garçons

Quant aux garçons :

  • Deux des fils ont eu des enfants; Jean, marié à Marie Bergeron et Pierre, marié à Agnès Fluet. Le troisième, Joseph, n’a pas eu d’enfant.
  • Des trois enfants de Jean et Marie Bergeron, seul Jean Jacques, marié à Marie Madeleine Chartré, a eu des descendants; l’autre fils, Pierre, qui a épousé Françoise Brunet, n’en a pas eu, et leur fille, Marie Angélique, est décédée à quatre ans.

Jean Jacques et Marie Madeleine ont eu six enfants, deux garçons et quatre filles. Leurs quatre filles se sont mariées, Madeleine avec Louis Jobin, Marguerite avec Louis Savard, Marie Josephte avec Michel Savard et Félicité avec Charles Savard. Nous ne connaissons qu’un des enfants, Marguerite Savard, fille de Charles, mais il y en a sans doute d’autres.

Quant aux garçons, François n’a pas eu de descendants. Seul Jean François en a eu, par trois de ses fils, Jean, Étienne et François, et une de ses filles, l’autre, Angélique, est décédée à sept mois. Marie Josephte a épousé Michel Savard, mais nous ne lui connaissons pas d’enfant.

Pour les garçons de Jean François (à partir de cette génération, nous nous contenterons de parler des descendants Falardeau, pour ne pas complexifier davantage le tableau), on élimine Étienne, qui a bien eu un fils, Louis, qui a eu cinq garçons mais aucun descendant Falardeau par ceux-ci. Les deux autres ont eu des descendants, mais chacun par un seul de ses garçons : Jean, marié à Malvina Martel, par son fils Louis, né en 1842 et marié à Virginie Couture Bellerive, et François, marié à Geneviève Fluet, par son fils François, né en 1836 et marié à Malvina Samson.

  • Pierre et Agnès Fluet

L’autre fils de Jean et de Marie Bélanger, Pierre, a bien eu 9 enfants, mais 4 de ceux-ci sont décédés avant l’âge de 4 ans et 2 à 20 ans sans mariage connu. Des 3 autres, toutes des filles, au moins deux se sont mariées, Marie Madeleine avec Antoine Pepin et Marie Louise avec Joseph Pepin. Nous ne leur connaissons pas de descendance : Joseph a eu au moins 7 enfants, mais avec sa troisième épouse, Josephte Savard (Marie Louise est décédée à 24 ans).

En résumé, jusqu’ici : nous en sommes presque au milieu du 19e siècle et aux arrière-arrière-arrière-arrière-petits-fils de Jean et Marie Bélanger, et il ne reste que deux branches avec une descendance Falardeau. Il faudra attendre en 1864, plus de 100 ans après la mort de Jean, avant que naisse un premier fils de François. Pendant ce temps, des dizaines de descendants de Jean et Marie Bélanger portent le nom de Lereau (ou L’Herault ou L’Heureux), Martel, Lamontagne, Roy, Savard, etc.

Quand même des descendants Falardeau

À partir de 1864, cependant, il est plus difficile d’assurer que nous avons identifié l’ensemble des descendants. Nous savons cependant que les deux « survivants » Falardeau ont eu une descendance, parfois assez importante, jusqu’à nos jours.

Nous sommes donc en 1864 et il reste deux Falardeau qui auront une descendance : Louis, fils de Jean et de Malvina Martel, marié à Virginie Couture Bellerive et François, fils de François et de Geneviève Fluet, marié à Malvina Samson.

Dans la base de données accessible sur le site falardeau.ca, nous trouvons :

  • pour Louis, 7 garçons, dont 4 morts avant 18 ans, et trois mariés, dont au moins deux, Omer (1879-1938) et Adélard (1884-1966) ont eu au moins 5 fils et au moins deux petits-fils nés entre 1945 et 1964.
  • pour François et Malvina Samson, un seul garçon, Alfred Albert, né le 29 janvier 1864, dont un fils, Paul Henri (1895-1931), qui a eu au moins 5 garçons, lui donnant au moins 10 petits-fils et 6 arrière-petits-fils. Parmi ceux-ci, le fondateur de la chaîne de pharmacies Familiprix,

Parmi les descendants, le plus connu est sans doute monsieur Albert Falardeau, pharmacien, un des fondateurs de la chaîne de pharmacies Familiprix. Le 2 février 2016, le journal La Presse lui a consacré une grande entrevue qu’on peut retrouver à l’adresse suivante : Familiprix : indépendant et fier de l’être – La Presse+.

J’invite en terminant celles et ceux qui seraient des descendants de Jean Falardeau ou qui connaîtraient certains de ceux-ci à communiquer avec nous à info@falardeau.ca. Nous aimerions les connaître, et pourquoi pas les convaincre d’adhérer à l’Amicale Falardeau.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML étiquettes et catégories:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.