À propos de l’Amicale Falardeau

par François Falardeau, généalogiste recherchiste agréé, président fondateur (2011-2012)

C’est le 26 avril 2008 qu’est née, de façon officieuse, l’Amicale. Il s’agissait au départ d’une idée centrée sur la généalogie et l’histoire des Falardeau (le nom provisoire était d’ailleurs l’Amicale généalogique Falardeau) : je visais en effet à échanger avec des personnes intéressées à la généalogie. J’en connaissais quelques-unes qui avaient communiqué avec moi en prenant connaissance de mes recherches par l’internet ou en lisant un article que j’avais écrit dans la revue Mémoires de la Société généalogique canadienne-française.

Bulletin

Dès le lendemain, 27 avril 2008, je publiais un bulletin de deux pages parlant des derniers Folardeau à avoir habité Bignay, lieu d’origine de notre premier ancêtre québécois. Mon article était basé sur une récente visite à Bignay et une correspondance avec madame Monique Lambert, de Bordeaux, dont l’époux, originaire de Bignay, avait connu Victor Follardeau, père d’Agléa Folardeau Couturier, dernière Folardeau à avoir vécu à Bignay.

Avant l’assemblée de fondation, j’ai publié 24 bulletins, grâce à la collaboration étroite de mes frères Yves à la mise en pages et Louis à la révision des textes. Ce dernier, un des premiers membres et collaborateurs, est décédé en septembre 2011. Quelques membres ont aussi soumis des textes, dont Georges Falardeau, notamment sur les déplacements de notre premier ancêtre et sur le peintre Antoine-Sébastien Falardeau, et Mario Falardeau, qui donnait une suite à l’article sur ce grand artiste. Quelques textes ont été inspirés d’un article écrit il y a quelques années par Gilles Falardeau, président actuel de la Société d’histoire de l’Ancienne-Lorette et hôte de l’assemblée générale de fondation.

Contributions diverses

Plusieurs personnes m’ont fourni des informations généalogiques, dont

  • Philippe Falardeau, qui m’a acheminé la base de données préparée par son père Philippe et m’a offert entre autres des photos numérisées de mes trisaïeuls, Jean Baptise Falardeau et Julie Brûlé;
  • Les enfants de Joseph-Émilien Falardeau, qui m’ont transmis sur clé USB pratiquement l’ensemble des travaux de cet autre éminent généalogiste;
  • Claire Séguin Dorais, qui m’a offert gracieusement un exemplaire de Falardeau d’ici et d’ailleurs, un « dictionnaire » des Falardeau d’Amérique;
  • Patrick Falardeau,, Jacquelin et Brian Royer, Louise Falardeau, Audrey Falardeau et tous les autres qui se reconnaîtront et que je remercie très sincèrement. Toutes les données qui se retrouvent maintenant dans ma base de données (près de 15 000 personnes, plus de 3000 d’entre elles ayant porté le nom de Falardeau) sont à la disposition de tous, et je réponds régulièrement à des demandes de personnes, qu’elles soient membres ou non de l’Amicale, en lien avec cette base de données.

D’autres ont contribué à l’Amicale de diverses façons :

  • contribution au niveau de l’internet : Christian Boutet, qui a réservé un nom de domaine et en a assumé les coûts avant la création officielle de l’Amicale, et Josée Tremblay, qui a mis beaucoup de temps et d’énergie à développer la première version d’un site web pour l’Amicale;
  • réservation de salle, comme Gilles Falardeau pour l’assemblée de fondation et Jocelyne Falardeau l’année précédente,
  • enfin, une quarantaine de membres ont eu la gentillesse de répondre à un sondage dont les résultats ont été publiés dans le volume 2, no 3 (mars 2009). Ces réponses nous ont été très utiles.

Rencontres

Dès l’automne 2008, j’avais fait une première rencontre, très officieuse, avec quelques membres et sympathisants à Québec, dont trois qui sont devenus membres : Georges et Louise Falardeau et Josée Levasseur.

Puis, plus officiellement, une première rencontre de l’Amicale s’est tenue à Québec le 5 septembre 2009. Nous en avons profité pour visiter le Mémorial de Charlesbourg et l’Allée des bâtisseurs de Beauport, où nos ancêtres Falardeau et Bergevin (nom de l’épouse du premier Falardeau du Québec) sont à l’honneur. Le 11 septembre 2010, à Repentigny, les personnes présentes décidaient de l’incorporation de notre regroupement et nommaient un comité provisoire formé de cinq membres : Marie, Yves, Mario, Philippe et François Falardeau. On convint que l’Amicale, d’abord centrée sur la généalogie et l’histoire, conserverait ce volet, mais viserait à offrir une plus large gamme de services à ses membres. On veut rechercher nos ancêtres et connaître leur histoire, mais on veut aussi échanger entre membres et se récréer.

Lettres patentes

À la suite de la décision prise le 11 septembre, les démarches se sont enclenchées, d’abord pour réserver le nom Amicale Falardeau puis pour demander les lettres patentes de notre regroupement. C’est le 25 novembre 2010 que les lettres patentes ont été signées par le registraire des entreprises.

Règlements

Comme prévu dans la Loi sur les compagnies, partie III, à laquelle nous devons nous conformer, le comité provisoire a adopté le 8 janvier dernier des règlements qui ont été ratifiés lors de l’assemblée générale de fondation le 9 avril 2011.

Conseils d’administration

(9 avril 2011 – 25 aout 2012)

Lors de l’assemblée générale de fondation du 9 avril 2011, les membres ont élu un conseil d’administration de sept membres, qui ont nommé les officiers. Les membres du conseil sont : François Falardeau, président, Mario Falardeau, vice-président, Audrey Falardeau, secrétaire, Marie Falardeau, trésorière, Yves Falardeau, Philippe Falardeau et Christian Boutet.

(25 août 2012 -17 août 2014 )

Les membres du conseil sont: Jean Falardeau, président, Mario Falardeau, vice-président, François Falardeau, secrétaire, Marie Falardeau, trésorière, Christian Boutet et Audrey Falardeau.

Le feu ardent

Depuis l’assemblée de fondation, l’Amicale publie un nouveau bulletin, Le Feu Ardent, dont trois numéros ont été publiés en 2011. Le nom du bulletin vient d’une hypothèse quant à l’origine du nom Falardeau présentée en 1943 par le généalogiste et ancien président de la Société généalogique canadienne-française, Émile Falardeau. Folardeau, devenu Falardeau, viendrait de fol et ardeo qui signifie feu ardent. L’hypothèse en est une parmi d’autres, mais le nom va bien à une nouvelle association qui souhaite que la flamme soit toujours ardente chez tous ses membres!

Tournés vers l’avenir

Nous sommes fiers de là où nous sommes arrivés, mais nous sommes surtout tournés vers l’avenir. Que nous réserve celui-ci? Ça dépendra évidemment de tout le monde, à commencer par le conseil d’administration, et tous les membres présents et futurs de l’Amicale. Tous les Falardeau et leurs proches peuvent collaborer d’abord en devenant membres, puis en recrutant de nouveaux membres, en participant aux activités de l’Amicale (assemblées générales, rencontres, activités diverses, voyages), en participant aux groupes d’intérêt pour fournir des informations ou donner leur avis sur les points traités.

Bienvenue à toutes et tous.