Par France Michel

En ces temps de crise de COVID-19, plusieurs doivent prendre entente avec leurs créanciers pour reporter leurs dettes. Il en était aussi de même pour nos ancêtres.

Le 27 mai 1868, Charles Falardeau écrit au dr Archambault de Montréal pour lui réclamer une somme d’argent que le médecin lui doit. On aurait pu croire que Charles, probablement moins fortuné, aurait été celui qui aurait dû devoir de l’argent au médecin, mais non!

Provenant de la collection des petits fonds et collections d’archives manuscrites d’origine privée de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (succursale du Vieux Montréal), c’est une lettre très polie que j’ai trouvée, qui parle même d’une fable…

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Collection des petits fonds et collections d’archives manuscrites d’origine privée – BAnQ Vieux-Montréal, BANQ numérique. Collection Patrimoine, Charles Falardeau (06M, P1000, D918)
Lettre de Charles Falardeau, partie 1.
Lettre de Charles Falardeau, partie 2.
Lettre de Charles Falardeau, partie 3.

  1. Georges Falardeau says:

    J’ai été intrigué par le passage qui mentionne la fable de La fontaine « L’huître et les Plaideurs » . La morale de cette fable est que parfois à vouloir gagner on ne gagne rien, on ramasse que des graines, seul celui qui plaide la cause sort gagnant.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML étiquettes et catégories:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.