(Ce texte de François Falardeau a été originalement publié dans le Bulletin mensuel de l’Amicale généalogique Falardeau, volume 1, numéro 9, octobre 2008.)

Dans un document intitulé Base de données des participants canadiens-français et franco-américains dans la guerre civile américaine préparé par le Marianopolis College, citant lui-même comme source Robert Provost, Les Canadiens français à la Guerre de Sécession, dans Bulletin de la Société Historique Franco-Américaine, Manchester, 1957, 267 p., p. 143-155, on résume les recherches effectuées par le généalogiste Émile Falardeau, deuxième président de la Société généalogique canadienne-française. Voici ce qu’on dit au sujet des Falardeau à la Guerre de Sécession.

Émile Falardeau, généalogiste, a identifié six frères Falardeau qui y ont pris part.

Louis Falardeau, fils aîné de Hypolite Falardeau et de Françoise Marguerite Coutu, né en 1800, à Saint-Cuthbert, marié à Lucie Généreux, fille d’Ambroise Généreux et de Marie Joly, demeura d’abord à Berthier puis à Maskinongé. En 1853, il part avec sa femme et ses enfants pour les États-Unis. Il s’établit d’abord à Arnolton, dans l’État de New York, puis s’en va à Anfield, en 1855, et vient s’établir définitivement à Cohoes, toujours dans le même État. Lorsque la guerre fut déclarée, six de ses fils s’enrôlèrent dans les armées du Nord :

  • ONÉSIME FALARDEAU, né à Berthier le 17 mai 1828. Il se maria en 1855, à Springfield, Massachusetts, à Mary A. Wright, fille de George et Anne Wright. Il s’enrôla dans le 15e régiment d’infanterie de New York. En septembre 1862, en voulant sauter dans le train qui devait le conduire à son camp d’entraînement, il passa sous les roues du convoi et mourut une semaine plus tard à Johnsonville, le 14 septembre. Il ne fut enterré qu’en juin 1863, à Cohoes, New York. Il fut le premier soldat de cette dernière ville qui mourut pour sa patrie dans la Guerre de Sécession. On dépose des fleurs sur sa tombe tous les ans, paraît-il;
  • DOSITHÉE FALARDEAU, né à Berthier le 15 février 1832, s’est marié en 1853 à South Orange, New Jersey, à Henriette Ball, fille d’Henry Ball et d’Elizabeth Hall. Il s’enrôla dans le 7e régiment d’artillerie lourde. Il est décédé à Philadelphie, Pennsylvanie, le 13 octobre 1908;
  • JOSEPH-SIGEFROID FALARDEAU (Sifroy), né à Berthier le 29 mars 1835. S’enrôla dans le 19e régiment d’infanterie de New York. Marié le 19 février 1855 à Maskinongé, à Dorothée Landry, fille de Jacques Landry et de Marguerite Frigon. Il est décédé à Baltimore, Maryland, en juin 1894;
  • ANATHASE ou ANASTASE FALARDEAU, né à Berthier le 24 août 1837. Entra dans le 1er régiment de l’Orégon. Il est décédé célibataire à Cohoes, New York, le 14 février 1902;
  • DIEUDONNÉ FALARDEAU, né à Maskinongé en février 1842. Il s’enrôla dans le 7e régiment d’infanterie du Vermont. Marié en novembre 1866, à Kinwood, Albany, New York, à Mary Glendon, fille de Patrick et Norah Glendon. Il est décédé le 31 mars 1912, au Soldier’s Home de Hampton, Vermont. Un de ses fils, Georges, prit part à la guerre hispanoaméricaine, en 1898, et à la Première Guerre mondiale;
  • LOUIS-DENIS FALARDEAU, né à Maskinongé le 12 juin 1846, s’enrôla dans le même régiment que son frère Dieudonné. Il devint plus tard un des fondateurs de la Société Saint-Jean-Baptiste de Cohoes. Marié à Mélina Chaput, fille de Pierre Chaput et d’Emélina… (on n’a jamais pu compléter son nom).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML étiquettes et catégories:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.