(Ce texte de François Falardeau a été originalement publié dans le Bulletin mensuel de l’Amicale généalogique Falardeau, volume 2, numéro 4, avril 2009.)

Nous avons vu dans les bulletins précédents que Guillaume Falardeau et Marie Ambroise Bergevin, ancêtres de tous les Falardeau d’Amérique, ont toujours habité dans la région de Québec. Par contre, il n’en a pas été ainsi de tous leurs descendants, puisqu’on retrouve maintenant des Falardeau un peu partout au Canada et aux États-Unis. Nous verrons dans les prochains numéros comment ils ont commencé à se disperser. Mais auparavant, nous pourrons constater que la première génération des descendants de Guillaume et Marie Ambroise ont fait preuve d’une stabilité remarquable, à une exception près, et encore.

Voici en effet les endroits où ont vécu les neuf enfants du couple. L’endroit indiqué est généralement la paroisse et non la ville. Comme nous l’avons vu dans des bulletins précédents, la famille a vécu longtemps dans la paroisse de Charlesbourg, mais en réalité à Loretteville.

  • L’aîné, Jean Baptiste, a toujours vécu dans la région de Québec. Né à Beauport le 7 novembre 1694, il épouse Marie Bélanger à Charlesbourg le 23 novembre 1722. Ses dix enfants sont nés à L’Ancienne-Lorette, où il est décédé le 28 décembre 1762.
  • Guillaume, né à Beauport le 8 juillet 1696, épouse Marie Jeanne Renaud à Charlesbourg le 28 février 1718. Ses 13 enfants naissent à Charlesbourg, où il habitait au moment de son décès, le 12 décembre 1740, alors que « les habitants étaient à couper de la glace » ou, selon Émile Falardeau, « noyé accidentellement en abattant des arbres sur les bords du lac Saint-Joseph. Ses compagnons de travail transportèrent son cadavre à Charlesbourg, où il fut inhumé le 16 décembre 1740. » 
  • René naît à Beauport le 14 novembre 1698. Il épouse Marie Charlotte Renaud le 10 novembre 1727 à Charlesbourg. Ses huit enfants y naîtront et c’est là qu’il mourra le 8 avril 1756.
  • Louis naît le 25 mars 1704 à Charlesbourg, où il épouse Marie Élisabeth Gervais Talbot le 3 février 1728. Ses huit enfants naissent à Charlesbourg, où il décède le 14 septembre 1756.
  • Marie Ambroise naît le 6 mars 1707 à Charlesbourg. Elle épouse Jacques Savard à Charlesbourg le 14 novembre 1724, puis Étienne Bédard le 13 janvier 1749, toujours à Charlesbourg. Ses deux enfants naîtront à cet endroit et elle y mourra à 82 ans le 8 août 1789.
  • Charles naît à Charlesbourg le 3 octobre 1709. Il y épouse Marguerite Savard le 15 juin 1739. Leurs huit enfants y naîtront. Je n’ai pas trouvé d’information sur son décès.
  • Marie Marguerite, née le 2 octobre 1712 à Charlesbourg, épouse d’abord Étienne Bois le 13 novembre 1730 à Charlesbourg, puis Pierre Le Sacque à la paroisse Notre-Dame de Québec le 7 avril 1750. Elle aura sept enfants de son premier mariage, et aucun de son second; l’aîné naît à Charlesbourg et les autres à Québec. Je n’ai pas non plus d’information sur son décès.
  • Marie Françoise naît le 12 octobre 1715 à Charlesbourg. Elle épouse Pierre Lhereau à Charlesbourg le 19 janvier 1739. Leurs neuf enfants naîtront à Charlesbourg, où elle mourra le 16 juin 1776.
  • Enfin, Jean François naît le 7 janvier 1719 à Charlesbourg. Il épouse Marie Josèphe Savard le 1er mai 1747 à Charlesbourg, où naîtront ses deux enfants. Par contre, surprise, il meurt à Montréal, le 2 février 1754 à l’âge de 35 ans. Était-il en voyage ? Dans l’acte de sépulture à la paroisse Notre-Dame de Montréal, on dit : « Le trois fevrier mil sept cent cinquante quatre a eté inhumé dans le cimetiere des pauvres le corps de François Falardeau de la paroisse de Charlebourg agé de trente sept ans decedé d’hier. »  
acte sépulture François Falardeau 1754


Aucun membre de sa famille n’était présent à son décès, et sa veuve se remariera à Charlesbourg le 23 septembre de la même année. On peut donc penser qu’il était toujours résident de Charlesbourg au moment de son décès.

Je résumerai en disant que, sauf peut-être pour ce voyageur décédé à 35 ans à Montréal, les Falardeau de la première génération ont tous habité dans la région de Québec. Dans de prochains bulletins, nous verrons comment les migrations se sont faites, à partir de la deuxième génération, vers des villes qui se retrouvent aujourd’hui dans les régions de la Montérégie, de Lanaudière et de Montréal. Nous verrons ensuite quand se sont faites les migrations vers d’autres régions.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML étiquettes et catégories:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.