(Ce texte de François Falardeau a été originalement publié dans le Bulletin mensuel de l’Amicale généalogique Falardeau, volume 2, numéro 3, mars 2009.)

Vous avez été vraiment très nombreux à répondre au sondage sur le bulletin et l’Amicale et je vous en remercie. En effet, sur 73 membres officiels (et là-dessus, il y en deux ou trois que je ne rejoins plus, car leur courriel a changé), 40 (41 si je me comptais, mais mes idées ne sont pas compilées !) se sont manifestés, dont une annonçant une réponse qui n’a pu venir à temps. Voici donc les principaux résultats, en espérant que les réponses reflètent vraiment vos opinions (surtout quand on nous envoie des fleurs !).

Les résultats

Le bulletin

24 membres lisent toujours le bulletin, dont un pas toujours tout de suite; 8 le lisent souvent et 6 rarement, dont deux qui le sauvegardent toujours. Une seule dit qu’elle ne le lit jamais (à la fois manque de temps et d’intérêt pour la généalogie), mais ses commentaires montrent qu’elle y jette parfois un coup d’œil ! C’est un résultat très satisfaisant. 

Ce que vous aimez le plus ? L’histoire des Falardeau (29) et les vieilles photos (24). Il faudra faire un effort côté vieilles photos, car nous ne nous y sommes pas beaucoup aventurés jusqu’ici. Vous aimez aussi les événements particuliers en lien avec les Falardeau (20), mais êtes moins nombreux à vous intéresser à la généalogie des Falardeau ou aux Falardeau ou proches connus (17 chacun) ou à la France et les Falardeau et aux aspects touristiques (15 chacun). Seulement deux mentionnent ce qu’ils aiment le moins et, dans les deux cas, c’est la France et les Falardeau. Quelques-uns ne répondent pas, les autres disent aimer tous les sujets. 

Plusieurs ont proposé des thèmes ou des sujets précis d’articles (quelques fois deux ou trois ont proposé à peu près le même sujet) :

Des sujets reliés globalement à l’histoire et à la généalogie des Falardeau :

  • Ce qu’ont fait les enfants de Guillaume, villes où ils ont déménagé;
  • Des documents reliés aux Falardeau, ex. déplacements, avoirs, etc.;
  • Lignée maternelle, par exemple Ambroise Bergevin (pas toujours le côté Falardeau);
  • Ancêtres ayant fait des choses mémorables, ici, en France, aux États-Unis;
  • Falardeau dans les noms de rue;
  • Feu ardent : mythe ou réalité ? (allusion à l’origine du nom Falardeau);
  • Falardeau qui vivent aux États-Unis;
  • Le Québec et les Falardeau;
  • Blason sur les Falardeau;
  • Un arbre généalogique complet sauf les quatre dernières générations;
  • Notre prochain voyage à Bignay.

Des sujets reliés à la généalogie en général :

  • Les noms « qui ne s’inventent pas » (Marie Avoine, maître Cassoulet);
  • Combien de niveaux nous séparent de nos voisins ?
  • Génétique, biologie et généalogie : marqueurs génétiques, maladies transmissibles génétiquement; 
  • Les unions libres et les noms de famille : pauvres généalogistes du futur;
  • Profil généalogique sur internet : non merci;
  • Moteurs de recherche, comment débuter une recherche;
  • Cours d’initiation à la généalogie.

La forme du bulletin semble plaire, presque tous ceux qui répondent disent que c’est bien comme ça. Quelques suggestions : comprimer le plus possible, bulletin trimestriel, plus de photos, et pourquoi pas une revue glacée et imprimée, tirée à 100 exemplaires et vendue…

Pour le nom, la plupart l’aiment, on dit même qu’on ne peut trouver mieux. Quelques désaccords : un qui choisirait un nom plus proche de nous et suggère un appel à tous, un qui suggère d’y repenser si nous devenons plus nombreux. Un autre suggère quatre noms : Le Falardois, Le Falardeux, Le Follardois, Le Follardeux. Une dernière, enfin, en référence au nom de l’Amicale qui se retrouve dans le nom du bulletin, dit qu’il n’est pas conforme, une amicale n’ayant pas ce sens; elle suggère Bulletin généalogique Falardeau. Vérification dans le Robert : une amicale est une association de personnes ayant une même profession, une même activité; ça me semble s’appliquer à nous, ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas trouver mieux.

 Pour la participation, peu d’intérêt, sauf de ceux qui sont déjà impliqués et entendent continuer (merci). Quelques-uns pourraient écrire des textes quand ils auront plus de temps. Deux proposent une collaboration en lien avec Internet.

Dans les commentaires sur le bulletin, on trouve généralement beaucoup de reconnaissance pour l’équipe qui publie le bulletin (on souligne souvent que c’est un travail d’équipe). On reconnaît l’importance du travail et on apprécie la qualité. Merci au nom de toute l’équipe, mes frères Louis et Yves ainsi que ceux qui ont écrit des textes, surtout Georges.

L’Amicale

Pour l’Amicale, on a souvent tendance à l’associer uniquement au bulletin, ou on ne sait pas trop ce qu’elle est. On y a adhéré surtout parce qu’on est des Falardeau ou des proches de Falardeau et qu’on s’intéresse à leur histoire. On veut connaître ses sources, mais aussi les Falardeau d’aujourd’hui. Pour plusieurs, on veut partager ses connaissances, pousser plus loin par la collaboration, en l’absence de site sur les Falardeau.

Quand on parle de connaître les Falardeau d’aujourd’hui, la majorité ne répond pas ou manifeste peu d’intérêt pour des activités dans le cadre de l’Amicale. Une douzaine seulement manifeste un intérêt pour des activités en général, dont un en autant que les rencontres soient virtuelles. Un membre se rappelle les efforts mis pour préparer le 300e anniversaire du mariage de Guillaume Falardeau et Marie Ambroise Bergevin en 1994, avec des résultats mitigés.

Par contre, quand on propose une activité concrète, soit une rencontre l’été prochain au Mémorial de Charlesbourg dont nous avons déjà parlé, on sent davantage d’intérêt. Dix-sept membres manifestent leur intention d’y participer, dont plusieurs avec enthousiasme. Six autres ont un intérêt, mais plus limité, et cinq ne peuvent pas ou ne sont pas intéressés.

Pour les autres activités, quatre proposent un voyage en France pour retrouver nos sources, dont un propose que ce soit en juin 2010. Un travaille actuellement à la mise en place d’un site Web. Enfin une autre, dont je conserverai l’anonymat (? !) habite en France et aimerait connaître des descendants de Falardeau en France.

Les suites

Le bulletin

D’abord, je suis heureux de constater un grand intérêt de plusieurs membres. Je continuerai donc à produire le bulletin, en comptant sur les collaborations actuelles et en espérant que d’autres se grefferont. Le rythme de production (une fois par mois) devrait être maintenu jusqu’à l’été, mais je ne prévois pas de publication en juillet et août. Ce sera l’occasion de refaire mes forces… généalogiques, c’est-à-dire d’accentuer mes recherches pour alimenter ma base de données, et par ricochet le contenu du bulletin. Ça laissera aussi du temps à d’autres collaborateurs, actuels ou éventuels, pour préparer des textes… et pourquoi pas aux lecteurs de se mettre à jour!

Pour les sujets, je tenterai de mettre l’accent sur l’histoire des Falardeau et les événements particuliers en lien avec les Falardeau, en m’inspirant dans la mesure du possible des thèmes suggérés. Je tenterai de publier davantage de photos anciennes en lien avec le contenu des articles. J’en ai quelques-unes en banque grâce à certains membres, et d’autres pourraient venir; n’hésitez pas à communiquer avec moi si vous en avez. Je ne délaisserai cependant pas les autres sujets, qui contribuent à la diversité du contenu.

Quant aux thèmes touchant la généalogie en général, je n’envisage pas de les aborder comme tels car je n’ai pas la prétention d’être un grand expert en généalogie et je suis conscient que la généalogie intéresse beaucoup moins que l’histoire, surtout si elle n’est pas reliée aux Falardeau. Par contre, j’entends profiter des articles pour aborder certains thèmes plus généraux, comme je l’ai fait par exemple pour les enfants mort-nés. La génétique, les unions libres et les noms doubles, les données sur Internet et la confidentialité, tous ces thèmes pourraient être abordés en relation avec un sujet touchant les Falardeau. Les autres collaborateurs feront sans doute de même. Quant aux noms à consonance particulière, il y en aura encore sans doute dans les prochains bulletins. J’en mentionne un en passant, simplement pour le plaisir puisqu’il est plutôt en relation avec la branche de ma grand-mère paternelle et non avec ma branche Falardeau : Jeanne Chardavouenne (c’est le nom mentionné dans l’acte de mariage), fille d’Isaac… Chardavoine; déjà un nom spécial, mais quand le curé le change à cause de la prononciation, c’est encore plus amusant !

Quant au nom du bulletin, j’ouvre la boîte à suggestions jusqu’en septembre. Dans le bulletin de septembre, avec les noms déjà proposés et d’autres qui pourraient s’ajouter, je ferai un sondage qui pourrait mener à un changement.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML étiquettes et catégories:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.